Retour de la pastille verte ?

La pastille verte, qui avait été lancée en 1998 par le gouvernement de Lionel Jospin, servait à différencier les véhicules les moins polluants. Ces mêmes véhicules était les seuls à être autorisés à rouler pendant les moments de pics de pollution. Il s’avère que le gouvernement actuel de Jean-Marc Ayrault envisage de réinstaurer la pastille dans l’objectif de limiter l’accès des véhicules très polluants aux centres-villes.

retour-pastille-verte

1998 : lancement de la pastille verte

En 1998, un des objectifs du gouvernement Jospin était de lutter contre la pollution de l’air. C’est ainsi qu’a été créée la fameuse pastille verte, représentée par un autocollant qui devait être posé sur le pare-brise des véhicules pour distinguer les polluants et les moins polluants. C’est malheureusement un dispositif anti-pollution qui a été très vite abandonné, et pour cause, les constructeurs automobiles avait contre-carré cette mesure en produisant des véhicules moins polluants. Et pourtant, l’idée de différencier les voiture propres des voitures polluantes refait surface !

Une nouvelle pastille ?

En effet, le Comité interministériel sur la qualité de l’air étudierait plusieurs dispositifs sur l’idée d’une nouvelle pastille de couleur qui identifierait les véhicules les plus propres en prenant compte des rejets de carbone et de particules fines. Les collectivités voudraient, quant à elles, que l’on puisse distinguer aisément les véhicules électriques ou encore les voitures dédiées au covoiturage. D’après le ministère de l’Ecologie, ces véhicules pourraient alors utiliser des voies de circulation spécifiques ou bien des places de parking en centre-ville pourraient leur être dédiées.

Chronique d’un échec annoncé ?

Il faut dire que la lutte anti-pollution, et notamment dans la capitale, est un combat acharné qui connaît bien des déboires. Alors que Mr le maire, Bertrand Delanoë, envisage de supprimer l’accès aux vieilles voitures dans Paris d’ici 2014, rappelons qu’en 2011, le gouvernement Sarkozy avait lui-aussi créé des solutions anti-pollution : les ZAPA. En bref, un programme d’implantation de Zones d’action prioritaires pour l’air dans 7 communes sur une durée de 3 ans. Le dossier avait été malmené et le maire de Paris souhaitait le remettre au goût du jour, notamment sur l’A86. Qu’en sera-t-il pour la nouvelle pastille verte ? A suivre…

Both comments and pings are currently closed.

Commentaires fermes.

Stage de pilotage est un site independant.